OUTDOOR

Le monde de Justine, épisode #3

Bientôt 6 mois que Justine est partie faire le tour de l’Indonésie avec sa planche sous le bras, son amoureux et des projets plein la tête. Où en est-elle ? Quels sont ses projets ?
Justine nous répond dans l’épisode #3 du Monde de Justine, riche en infos et bons plans pour ceux qui partent à Bali, en Indonésie…
Récit.
Justine18
Les news. KUALA LUMPUR.
On est en pause à Kuala Lumpur depuis presque 10 jours. Questions de visa à gérer, et pause urbaine, c’est plaisant. On est assez créatifs ici, on s’installe sur des terrasses au calme pour dessiner. On a aussi retrouvé un couple d’amis suédois qui sont dans le graph peinture mural. On a fait une fresque sur un mur pour notre gesthouse, on a eu 3 nuits gratos pour ça.
Justine20
Justine4
Avant KL, on s’est fait un trip d’1 mois sur Sumatra. Surf à Lhokgna pendant 10 jours avec des potes suédois, puis Nias, avec une jolie longue droite. Puis le lac Toba pour une pause dans les terres (super puissant, ça nous a inspiré). Ensuite Bukit Lawang où tu peux rencontrer des orangs outan, macaques… à l’état sauvages et mi sauvage dans une jungle protégée. Le top !
Justine19
Justine13
On a aussi rencontré la scène punk de KL : Concerts et créations…on a fait de belles rencontres. On devrait faire un peu de sérigraphie dans leur atelier aujourd’hui.
On repart sur Bali dans 2 jours. On a quelques contacts pro là bas, une commande de stickers et fresque murale pour un espace de co working sur Canggu.
Les tee shirt avancent doucement. Les visuels sont prêts mais on a du mal à trouver un bon textile. On retourne sur Canggu pour au moins 2/3 semaines pour ça, ainsi que relancer et même lancer d’autres connections pros.
Puis on bougera dans Bali qui méritent plus d’explorations. Montagnes, volcans… et évidemment d’autres spots de surf.
Pour en savoir plus sur le punk à KL rendez-vous
Rythme. LE VOYAGE.
Les rythmes des journées diffèrent selon les endroits.
– Lhokgna et Nias, les journées se rythmaient avec le surf et les conditions de mer. Sinon c’était café, rôti à la banane café et ressentiiiiir. Causer avec des locaux et voyageurs.
Justine21
– Lac Toba, c’était du pur repos. Prendre un peu de fraîcheur et créer autour du dessin et de la photo.
Justine22
– Bukit Lawang fut un très court stop : trek dans la jungle vallonée et boueuse. Génial.
– à Kuala Lumpur, comme je te le disais, les journées sont cool, car il fait très chaud. Soirées et nuits créatives (et concert punk, c’est top de causer avec les keupons d’ici). Je bosse sur un petit fanzine, juste de dessins citations, un truc pour se faire plaisir, un peu trash en noir et blanc, simple et funky.
Surf. LONGBOARD.
Le longboard c’est mon truc, je le sens, je le sais. Et je me sens de plus en plus à l’aise. J’ai toujours une journée entière d’observation du spot, échanger avec d’autres surfeurs pour les trucs à savoir : rochers, profondeur de l’eau, courants… ensuite, il faut aller voir la vague par toi même. Lhokgna, c’était un bon challenge car c’est une vague creuse qui tube. Donc take off rapide et en longboard si tu te plantes tu peux vite péter ta planche car l’eau t’arrive jusqu’à la taille seulement. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé quand j’ai pris un gros set venu de nulle part un lendemain d’orage. On l’a réparé dans notre piaule après avoir enfin trouvé de la résine epoxy dans le coin. Compliqué à trouver là bas .
Justine2
Justine3
Nias n’était pas encore trop gros. Sinon ça tube sévère, c’est rapide et haut, donc tu oublies le longboard. C’est une droite au milieu d’un fond rocheux. Tu surfes au milieu des minots, des locaux et des pêcheurs de poulpes. Très peu de touristes. Parfois j’étais sur cette vague, qui ferme au milieu du ride (mais je passais assez souvent avant car  je trace pas mal en longboard maintenant), et tu avais ce gars juste à l’intérieur qui était là, avec son masque, tuba et fusil harpon. Très drôle, on se faisait signe pour qu’il plonge quand je m’approche et que je ne le taille pas en deux avec ma single fin !
Je prends de plus en plus de vitesse en avançant sur ma board. Pas encore de réel nose riding mais j’approche. Je danse en faisant des trucs, en essayant tout. C’est fun. Le longboard s’avère bien technique en fait. C’est marrant la réputation de cette board. Bonne pour débuter certes, mais quand tu veux en faire autre chose : équilibre, poids, vitesse et compréhension parfaite de la vague, sont des trucs essentiels. Tu progresses grave. Tu apprends (et tu es obligé) à lire l’océan, comprendre et analyser les vagues. Toujours en observations et alertes. Tu ne peux pas esquiver en duck divant. T’es obligé de lire bien avant tout le monde pour anticiper. Et tu peux aussi te la couler douce, tranquille sur ta board, en attendant la vague. Un bon mixte pour moi !
 Le temps. L’AMOUR.
Ah le temps… Plus de 5 mois déjà. On sent qu’on s’installe maintenant, que la création monte, qu’on trouve notre place. Je crois que les 4 premiers mois étaient des mois de reconnexion avec Frank dans le sens où on ne s’était pas vus pendant 4 mois cet été. On avait besoin de ça. Aujourd’hui, on sent que n’est pleinement là où on est, dans un trip où tout est possible et réalisable. On y pense et on fait.
Justine15
Au jour d’aujourd’hui, on rentre comme prévu. Avec pour projet de repartir en fin d’année et tenter de vivre 1 an sur Bali. Se créer un réseau, créer, préparer une expo (peinture, cuir, photos). Avoir un atelier à nous et juste se donner le temps de réaliser tout ce qui nous passe par la tête. Avec la jungle comme voisin, le surf tous les jours et des excursions le week end. Et l’Indo te permet ce genre de projet car le coût de la vie est très peu cher, bouffe location et matos coutent quasi rien. Donc même si on se plante, on ne « risque » rien, et on aura tenté. Parce que c’est ça en fait, concrétiser l’envie.
Bali. LE PROJET.
Retour à Bali. Le spot Batu Bolong que j’aime tant, où je ride de longues gauches, où je comprends et essaye un truc nouveau tous les jours. On est allé explorer un autre spot sur la côte ouest, Balian, très chouette (c’est juste qu’en saison des pluies, y’a pas mal de requins bouldogues qui squattent l’embouchure de rivière. Mais ça, tu l’apprends après, et en même temps, tant mieux). Je croise aussi tous les jours ces chouettes nanas qui longboard, avec chacune leur style, les échanges sont chouettes entre nous, on se motive et se supporte, un vrai petit crew de nanas.
J’ai découvert un nouveau spot, le spot Old Man, beaucoup moins de monde et très cool.
L’idée c’est d’y vivre 1 ou 2 ans!  De monter notre atelier de création, de proposer notre travail et de vivre en harmonie avec la jungle, les locaux, la mer… Puis, d’importer notre mode de vie, en Europe, Portugal ou dans l’ouest de la France. Et retrouver nos familles et amis qui nous manquent tous les jours !
A suivre….
Profite bien Justine, continue de nous faire rêver et on te retrouve vite pour un épisode #4
Pour suivre toutes ses aventures, rendez-vous sur son blog :
Et son travail en photographie argentique :
Partager :

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

English EN Français FR