Nour a 21 ans et nous raconte ce que signifie pour elle vivre de ses passions. Elle est étudiante en 2ème année de médecine, en Tunisie. Elle est aussi artiste « pour le plaisir », sous le nom de Rougui. Nour a décidé de ne pas choisir entre ses 2 passions ou plutôt ses 2 passions ont décidé de ne pas la laisser choisir. Elle nous explique ses choix et ce qui la guide pour vivre de ses passions. Rencontre.

NOUR, qui es-tu ?

J’ai 21 ans, je suis étudiante en 2ème année de médecine. Je vis en Tunisie, près de la mer, à Nabeul, au nord.

J’ai deux passions, la médecine et l’art. J’aimerais devenir ophtalmologue et continuer mon art. J’éprouve une passion pour la médecine que je considère aussi comme un art. Je n’ai pas envie de choisir entre les deux, mais plutôt d’exceller dans les deux. Et pourquoi pas, un jour, faire se rejoindre mes deux passions. C’est ça vivre de ses passions !

comment as-tu commencé l’art ?

J’ai commencé pour le plaisir. J’aime peindre et créer. C’était facile pour moi de créer des oeuvres. Petit à petit, j’ai commencé les ventes et les collab avec les créateurs. Ca fait un an environ que je réponds à des commandes. Ca commence à marcher.

Comment arrives-tu à concilier ces 2 vies ?

Les thématiques de l’art et de la médecine sont tout à fait différentes. Mais je suis passionnée par les deux, et ce sont mes passions qui me guident. Les 2 c’est moi ! J’ai 2 personnalités : Nour étudiante et futur médecin et Rougui, l’artiste. Je ne veux pas choisir et pourquoi choisir d’ailleurs ?

Je me demande aujourd’hui comment orienter l’ophtalmo vers l’art. Je vise l’ophtalmologie alors pourquoi pas proposer des design de lunettes.

Quel est ton style ?

Les gens apprécient mes tableaux, mon travail commence à intéresser. Pour moi, l’art utilise tous les supports. Il n’y a pas de classification bien déterminée. C’est une mix de plusieurs choses. Je m’inspire d’artistes et de l’art moderne en général et je me lance, je créé. Keith Haring, Dalì, Picasso … sont des exemples d’artistes qui m’inspirent.

Comment gères-tu ton temps justement ?

Le TEMPS ,voilà le TEMPS. C’est une question fondamentale. Je me laisse guider par mon inspiration en aménageant mon temps. A la base, je faisais de la peinture classique et produisais des tableaux avec tous les détails. Avec la médecine, j’ai du aménager le temps consacré à mon art et me suis orientée vers l’art graphique, parce que c’est plus rapide. Je développe le design graphique, et propose des illustrations faites avec mon téléphone.  Je fais des portraits et des illustrations sur des supports plus variés.

Je ne peux pas décider quand j’ai l’inspiration, elle me guide.

Comment as-tu vécu le confinement ?

Je me sentais sous pression, j’ai eu une grande inspiration pendant cette période. Je produisais 1 art work par jour minimum parfois 3 ou 4 travaux. C’était une sorte de thérapie pour moi.

Comment vois-tu ton avenir ?

Ici, en Tunisie, il n’est pas garanti que je puisse vivre de mon art. Il est donc encore plus essentiel que je garde la médecine. Peut-être qu’un jour, je quitterais le pays. J’aimerais y rester, il y a beaucoup de talents ici, beaucoup de perspectives et de richesses artistiques. Vivre de ses passions c’est aussi vivre au plus près de ses inspirations.

J’ai découvert la médecine, c’est un métier très noble. Je suis tombée amoureuse de la médecine. Donc j’espère concilier les deux de manière évidente et trouver des interactions entre les deux.

Quel est ton rapport à la mer ?

J’habite a côté de la mer. C’est mon refuge, là où je me sens bien où je peux réfléchir et me ressourcer. La mer est primordiale pour moi et son énergie me pousse et m’apaise en même temps.

Surf and the City vu par Rougui

Que conseillerais-tu aux gens qui souhaitent se rapprocher de leur passion ?

Il est non seulement possible de vivre de sa passion mais surtout impossible de ne pas le faire. Selon moi, on ne peut pas ignorer sa passion on ne peut pas ignorer son talent. J’ai essayé  (rires). On ne peut pas fuir cette passion. Et il ne le faut pas,  c’est un don !

Etre artiste et voir le monde autrement, ce n’est pas donné à tout le monde. Il ne faut pas l’ignorer, il faut le mettre en valeur !  C’est ton devoir de partager ça avec le monde. C’est évident !

 

Certains diront qu’ils n’ont pas de talent ou pas de passion ?

Les gens qui n’ont pas de talent ça n’existe pas. Chacun de nous a un talent, quelque chose de spécial. Qui fait de lui un individu unique !

C’est quoi l’art pour toi ?

C’est pas juste la peinture et la musique. C’est un mode de vie c’est une vision. Chacun le voit.

Tu travailles où, comment tu t’organises ?

Mon atelier c’est ma chambre. Depuis 4 ans je dessine ici dans ma chambre. J’y révise aussi pour les examens. Mais avec un bout de papier on peut faire des choses extraordinaires. C’est pas le matériel qui fait la différence

Mon père m’aide beaucoup. Il est prof de français il m’encourage beaucoup. C’est ça qui compte en fait, être bien entouré !

Merci Nour et belle continuation

Par ici pour suivre son travail

 

 

Vous aimerez aussi

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Autres articles CULTURE